PAI 5: Il faut toujours se dire au revoir de Emmanuelle Schaedele-Giroire & Caroline Gaynes

Blurb : « Je ne pensais pas que quelqu’un puisse m’aimer autant, moi l’arbre planté au milieu des vignes. Pourtant, une fillette me contemplait chaque été. Par un beau matin ensoleillé, devenue une jolie jeune femme, elle est apparue avec son fiancé. Elle lui parlait de moi avec une tendresse infinie. Je les ai aperçus souvent, faisant mille projets. Puis un jour, elle est revenue seule, dévastée, ne m’accordant plus franchement d’intérêt. Elle ne cessait de pleurer. Les promeneurs évoquaient son drame avec une telle tristesse, que je ne voulais pas y croire… »

Une histoire vraie, empreinte d’émotion et de sérénité. Une ode à la vie pour ceux qui traversent une épreuve difficile. Pour les autres, une leçon de courage et d’humilité. Il faut toujours se dire au revoir.

Il faut beaucoup (beaucoup!) de courage pour écrire un livre autobiographique sur un tel sujet. Perdre quelqu’un comme ça, c’est la pire chose qu’une personne puisse traverser. Donc, cette histoire est évidemment triste et intense. Je ne vais pas mentir, c’est difficile à lire, surtout quand on sait que tout ce qui s’est passé est vrai (quand j’ai commencé le livre, je ne le savais pas). Le produit du deuil de l’autrice, c’est une ode à l’amour – à son amour – qui montre le pouvoir de la résilience. Avec une histoire aussi belle que triste, il est dommage que le style ne soit pas à la hauteur. Il est un peu maladroit et quasi scolaire, ce qui diminue l’impact de l’intrigue. Au final, c’est un livre prometteur mais plutôt décevant.

It takes lots (and lots!) of courage to write an autobiographical book on such a subject. Losing someone like that is the worst thing a person can go through. So, this book is obviously sad and intense. I’m not going to lie, it’s difficult to read, especially when you know that everything that happened is true (when I started the book, I didn’t know). The product of the author’s grief is an ode to love – to her love – which shows the power of resilience. With a story just as beautiful as it is sad, it’s a shame that the writing style doesn’t match it. It’s slightly clumsy and a little school-ish which lessens the impact of the plot. In general, it’s a promising but rather disappointing book.

For finding out more about the PAI, discovering the other shortlisted books or those from previous years:

Facebook: https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus

Instagram: https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Twitter: https://twitter.com/prixdesai

Website: https://www.prixdesauteursinconnus.com/

Merci! Em x

Published by

Em

When you wish you were in some kind of fabulous European city and you can instantly be. Through the pages of a book.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s